Aujourd’hui, avec L&V découvrez les tendances et devenez un aguerri du Slow Tourisme.

« Le temps est père de la vérité. » En méditant cela, Monsieur Rabelais ne se doutait certainement pas qu’il venait d’apporter ce qui pourrait être le leitmotiv du Slow Tourisme.

Que les réfractaires aux anglicismes ne se froissent pas, nous pouvons aussi l’appeler Tourisme Lent, mais avouez que c’est moins joli !
Le Slow Tourisme est issu du « Slow Food », apparut en Italie dans les années 80, en réaction à la malbouffe et en opposition au « Fast Food ».

Le Slow tourisme, c’est un concept récent. Ses adeptes vous dirons qu’être un Slow touriste c’est voyager différemment, savoir allier patience et sérénité. Prendre le temps de découvrir les choses dans leur ensemble. Combiner . Le Slow Tourisme, comme l’écotourisme, véhicule des valeurs humanistes et écologiques. Cette nouvelle mouvance fait prendre conscience des méfaits causés par le tourisme de masse sur l’environnement, comme la pollution, l’hyper-urbanisation et son impact sur la faune et la flore.

Vous êtes en quête de voyages plus authentiques, loin du tourisme aseptisé? Durant vos vacances, vous avez envie de vivre au rythme des populations locales et de comprendre leurs cultures ?
Alors vous êtes un Slow Touriste en puissance !

Dans les faits, le « touriste lent » ne se déplace pas comme les autres. Quand certains voudront rejoindre la Corse le plus rapidement possible en avion, d’autres s’y rendront en bateau pour prendre le temps d’admirer les paysages qui s’offrent à eux et pour voyager en douceur. Le trajet fait maintenant partie intégrante du séjour, il est déjà synonyme de tranquillité et de rupture avec un quotidien trop pressant.
Dans le même esprit, les inconditionnels du Slow Tourisme prendront le train pour se rendre sur leur lieu de vacances. Qu’ils aillent à Madrid, à Rome, à Paris ou à Berlin.
Une fois sur place, les moyens de transport adoptés sont tout aussi nonchalants : le vélo, le cheval et la marche à pied sont de mise ! Remarquez au passage que Slow tourisme rime aussi avec moins d’émission de Co2 !

On peut se demander si cette forme de tourisme ne  nécessite pas davoir du temps et des moyens, mais les adeptes vous diront qu’ils préfèrent partir moins souvent, mais plus longtemps. D’autre part, vous pouvez devenir un parfait Slow Touriste en explorant votre propre région le temps d’un week-end ou même d’une journée. Le budget vacances peut donc diminuer facilement.

Peut-être même êtes-vous déjà un Slow touriste, sans le savoir !

On s’aperçoit qu’au sein même du tourisme traditionnel, certaines tendances se dessinent et s’inspirent du Tourisme Lent : la randonnée dans les Pyrénées-Atlantiques par exemple ou le tourisme fluvial le long du Canal de Midi ou en Bretagne, sur le canal de Nantes à Brest.

Ce mouvement séduit de plus en plus. Certains tours opérateurs produisent même des séjours à long terme « spécial flâneries » et « rencontre avec l’autre » ou bien des escales dans des monastères.

Et vous ? Êtes vous séduit par le Slow Tourisme et prêt à découvrir le concept dans une des « Slow-cations de vacances » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *